les usager·e·s de drogues d’un profil socio-économique défavorisé ont 9,88 fois plus de risque de mourir d’une overdose que celles et ceux d’un profil plus avantagé