Bus social dentaire

articleDentsUnique en son genre, ce cabinet dentaire itinérant sillonne Paris, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis depuis presque vingt ans pour offrir des soins dentaires, souvent d’urgence, aux plus démunis.

« Tout ce que je vois ici, je ne l’avais jamais vu en vingt ans de pratique en cabinet libéral. Nous recevons des personnes en grande détresse sociale, sanitaire, ou mentale », confie Jean-Albert Rivierez, 85 ans, chirurgien-dentiste bénévole et vice-président de l’association humanitaire.

Au moment de sa création, en 1996, par le Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes, la structure – qui repose sur un concept analogue à celui des camions de la médecine du travail –, avait été pensée essentiellement pour une patientèle de sans-abri et ne devait durer que quelques années. Vingt ans plus tard, les visages de la précarité se sont multipliés, les renoncements aux soins bucco-dentaires persistent, et le Bus roule toujours! Il accueille plus de 2000 patients par an, dont la plupart ne disposent d’aucune couverture sociale.

Le Bus permet également de sensibiliser les patients à leurs droits et au fait que certains d’entres eux peuvent être éligible l’Aide médicale de l’État (AME). « La plupart de nos patients, parce qu’ils sont en situation irrégulière, ignorent qu’ils ont des droits médicaux, mais aussi sociaux, regrette la coordinatrice sociale. En marge des soins, notre mission est donc de les réorienter vers des structures sociales fixes et, dans la mesure du possible, vers le circuit général de soin. 

coinMais la principale difficulté rencontrée par le Bus social dentaire demeure financière : la logistique qu’implique la mobilité, à laquelle s’ajoutent les salaires et l’entretien du matériel médical, tout cela coûte cher. Pour l’heure, l’association survit grâce au soutien de diverses subventions (les plus importantes viennent de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, de la Ville de Paris et de la CPAM de Seine-Saint-Denis) et de mécènes qui ont offert la radio numérique, le stérilisateur, le fauteuil et une partie du matériel médical.

Consulter l’article complet

 

De l’autre côté de l’océan – une initiative similaire :

L’Université McGill, située à Montréal (Québec, Canada) a également mis sur pied un service similaire :

  • La clinique dentaire Jim-Lund (Université McGill, Québec, Canada) : clinique dentaire gratuite permanente créée en 2011 grâce au partenariat entre la faculté de médecine dentaire de l’université McGill et la Mission Bon Accueil ;
  • dentiste-webLa clinique dentaire mobile (programme Outreach) : Avec une dizaine de chaises
    mobiles, cette clinique dentaire offre chaque 2 semaines des soins gratuits dans un organisme communautaire différent sur le territoire de la ville de Montréal. Les soins sont livrés par les étudiants, mais supervisés par des dentistes. La clientèle est variée: personnes sans domicile, personnes âgées, jeunes familles, adolescents, et autres qui ont tous un point en commun : leur accès à des soins bucco-dentaires est très limité.

 

Sur le même sujet, voir le reportage de l’émission Une pillule, une petite granule (Québec, Canada).