EUROPE – La Cannabis Social Club : un dispositif de promotion de la santé?

CannabisClubL’existence d’une distinction légale entre produits licites et illicites et la criminalisation de certains usages entraînent de fortes discriminations sociales et sanitaires entre les consommateur·trice·s de produits illicites et les autres patient·e·s ou citoyen·ne·s en général. Ainsi le caractère influe sur la dangerosité des produits, sur l’environnement et la limitation de l’éventail thérapeutique et sur la situation sociale et psychologique de la personne.

Les Cannabis Social Clubs sont des associations sans but lucratif dans lesquelles les personnes usagères décident de reprendre le contrôle de leur santé :

  • en refusant de devoir se fournir dans un marché dérégulé, qui empêche d’identifier la qualité du produit ;
  • en décidant d’adopter des méthodes de culture biologiques ;
  • en discutant collégialement du prix du produit ;
  • en échangeant sur les manières les moins nocives de consommer.

Les Cannabis Social Clubs (CSC) participent à la lutte contre les inégalités sociales de santé en assurant, dans un premier, la qualité des produits consommés et donc la sécurité de celles et ceux qui y ont recours. Dans un deuxième temps, ils favorisent l’inclusion sociale de l’ensemble des personnes usagères que ces dispositifs favorisent.

Les CSC agissent également sur les déterminants sociaux et non-médicaux de la santé comme l’éducation à une consommation responsable, l’environnement en favorisant une culture locale du cannabis sans pesticides, mais aussi en créant du lien social. En effet, en se rassemblant, les personnes consommatrices vont à la rencontre de leurs pairs et peuvent à ce titre parler de leur consommation sans crainte du jugement. Le modèle des CSC permet de lutter contre les facteurs de discrimination et de stigmatisation qui pénalisent souvent les publics les plus vulnérables. En œuvrant pour une politique pragmatique et non-commerciale, les CSC s’opposent à l’interdit et à la criminalisation des populations les plus marginalisées.

Lire l’article complet

Nom de l’organisme : Fédération bruxelloise de promotion de la santé
Année de publication : 2020

Source : Education Santé