FRANCE – Réduire les inégalités sociales de santé dès la petite enfance

Organisme : Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes)

La petite enfance est une période cruciale pour tenter de réduire les inégalités sociales de santé puisque c’est au cours de cette période que se constitue le capital-santé. Les conditions, favorables ou défavorables, au sein desquelles évolue le jeune enfant ont un impact sur son développement émotionnel, relationnel et cognitif immédiat, et, à long terme, des répercussions sur son état de santé adulte.

Depuis plusieurs années, des interventions préventives centrées sur le soutien à la parentalité, l’accompagnement des familles et le développement des compétences psychosociales des enfants et de leurs parents sont mises en œuvre afin de réduire l’impact des inégalités sociales de santé sur le développement de l’enfant. Toutefois, il importe d’agir également sur les déterminants socioenvironnementaux, un axe majeur d’intervention pour réduire les inégalités. Travailler sur les compétences des parents et des enfants ne suffit pas si cette population ne dispose pas de conditions minimales pour vivre décemment.

Une vingtaine d’experts ont collaboré à ce dossier consacré à la petite enfance et aux inégalités sociales de santé. De nombreux programmes de terrain sont présentés :

  • Introduction (p. 18-19),
  • Les inégalités sociales de santé commencent dès le plus jeune âge (p. 20-22),
  • Bouches-du-Rhône : du dépistage du saturnisme infantile à la lutte contre l’habitat indigne (p. 23-25),
  • Aubervilliers : de la lutte contre le saturnisme au développement du bien-être psychique des enfants (p. 26-27),
  • En vivant dans 20 m2 avec trois enfants, “ les parents ont su préserver et structurer la vie de famille “ (p. 28-29),
  • Techniciens de l’intervention sociale et familiale : un soutien au plus près des parents et de l’enfant (p. 30-32),
  • Comment la PMI de Vanves travaille pour lutter contre les inégalités sociales de santé (p. 33-35),
  • Réseau Dapsa : soutenir les familles en difficulté et leur jeune enfant (p. 36-38),
  • À Avignon, des lieux d’accueil parents-enfants pour soutenir les familles dans la parentalité (p. 39-40),
  • À Nanterre, la prévention bucco-dentaire chez les enfants pour lutter contre les inégalités (p. 41-43),
  • Unités d’hospitalisation conjointe mère-bébé : une réponse adaptée, un dispositif à déployer (p. 44-47),
  • ATD Quart Monde : au plus près des familles précarisées et de leurs jeunes enfants (p. 47-49)

Consultez le document PDF

 

Source : Lettre Pratiques en santé