Le e-learning et la télémédecine pour améliorer les indicateurs sanitaires

Les femmes et les enfants des zones enclavées de la région de Kolda, au Sénégal, vont désormais bénéficier de soins de santé de qualité grâce à l’utilisation du e-Learning et de la télémédecine. Ce projet promeut un dispositif de technologies de l’information et de la communication qui utilise le e-Learning pour former les prestataires et la télémédecine pour un appui aux diagnostics et à la prise en charge. Il prévoit également une valise de télémédecine pour faire des stratégies avancées, réaliser des examens complémentaires et bénéficier d’une assistance à distance par un prestataire qui peut se trouver au niveau de l’hôpital de Kolda ou du centre de santé de Kolda, ou encore au centre de référence de Dakar.

Le lancement du projet « Thiellal et Kissal » en langue pulaar (santé et bien-être) suscite beaucoup d’espoir dans la région de Kolda, au Sénégal. Ce projet novateur, financé par l’Agence française de développement (Afd), pour un montant de plus 700 millions de FCfa, vise à améliorer la santé maternelle, infantile et néonatale. La région de Kolda a été choisie comme zone d’intervention de ce programme qui doit, en principe, s’achever en 2018. « C’est un projet d’amélioration de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant via un dispositif e-santé. », a déclaré le Dr Bara Ndiaye, directeur des programmes Amref/Afrique de l’Ouest. Le dispositif intègre également d’autres innovations dans la façon de faire et de communiquer, si l’on en croit le Dr Ndiaye. Pour réussir ce pari, les relais disposeront d’une application mobile introduite dans le projet pour démontrer qu’il est possible d’identifier des femmes enceintes, de les enregistrer dans le dispositif, de s’assurer qu’elles ne ratent aucun rendez-vous pour leurs consultations prénatales et qu’elles vont accoucher au niveau des structures sanitaires dans des conditions de qualité optimale.

Le médecin-chef de la région médicale de Kolda, Yaya Baldé, s’est félicité du choix porté sur le Fouladou pour la mise en œuvre de ce projet novateur qui permettra à la région d’atteindre les indicateurs de performance en matière de santé de la mère et de l’enfant. « Ce projet a cette touche particulière d’intervenir au niveau des communautés enclavées. Ces zones constituent des priorités en ce sens qu’elles sont souvent difficiles à atteindre par les stratégies classiques. Ce qui est important et innovant dans cette approche, c’est surtout l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication qui permettent d’enrôler les femmes enceintes et de les suivre… », a-t-il expliqué.