MAROC – Pour un système de santé en faveur des populations vulnérables

Le Réseau marocain pour le droit à la santé tire la sonnette d’alarme

Un atelier de réflexion sur « La place des populations vulnérables dans le système de santé au Maroc », a été organisé, le 20 mars 2013 à Rabat, par le Réseau marocain pour le droit à la santé (RMDS) en partenariat avec l’Association Medicus Mundi Andalucia et l’Agence espagnole pour la coopération internationale. Cet atelier avait pour but de discuter de la situation des groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap ou les migrants qui sont exposés aux inégalités dues aux écarts entre les territoires (urbain, périurbain ou rural) en particulier au niveau de la répartition des ressources humaines, des infrastructures de santé de base et du financement public.

« Les principaux acquis dans le secteur de la santé se rapportent à la maîtrise de deux transitions épidémiologique et démographique.
Ceci peut être apprécié grâce à un certain nombre d’indicateurs, à savoir : l’indice synthétique de fécondité qui est passé de 7 enfants par femme en 1960 à 2,2 enfants par femme en 2011 et le gain de 28 ans d’espérance de vie à la naissance qui est passée de 47 ans en 1962 à 74,8 ans en 2011″, a indiqué la chef de division de la santé scolaire et universitaire au ministère de la Santé, Najat Gharbi.
« Certains défis sont encore à relever, notamment l’insuffisance en matière d’accès aux soins, le déficit en ressources humaines et l’insuffisance de financement et de gouvernance », a souligné Mme Gharbi. De plus, les principaux domaines d’intervention prioritaires sont l’amélioration de l’accès aux soins, le renforcement de la santé de la mère et de l’enfant et la promotion de la santé des population à besoins spécifiques. Plusieurs stratégies ont été élaborées concernant les personnes à besoins spécifiques (femmes, enfants, personnes âgées ou personnes en situation de handicap) et sont axées sur l’amélioration de l’accès aux soins, le renforcement des compétences des professionnels de la santé, le renforcement des actions de prévention et du dépistage précoce, le développement du partenariat et de la collaboration institutionnelle avec la société civile et le renforcement des mécanismes de suivi, de l’évaluation et de la recherche.

Les intervenants à cet atelier ont mis en exergue la volonté politique pour élaborer une stratégie de santé équitable pour les populations vulnérables. Or, la mise en œuvre de cette stratégie requiert un réel engagement et des moyens importants dans un cadre de complémentarité, de coordination et de concentration.

Consultez l’articule en ligne

 

Source: SIDIIEF