SÉNÉGAL – Démocratisation des soins de santé de base : La nécessité de promouvoir la télémédecine au Sénégal

Auteur : Aly Fall

La télémédecine est un passage obligé pour arriver à la démocratisation des soins de santé au Sénégal. C’est la conviction d’Abdourahmane Moussa Ndoye, président directeur général du Consortium d’études et de réalisation technique (Certec), qui partageait ses certitudes avec la presse, au terme du Salon international de la santé de Dakar (Sisdak), tenu à Dakar du 27 au 30 juin dernier au Cices.

Il a indiqué que le Sénégal s’est résolument engagé, dans le cadre d’un programme piloté par la Direction des équipements médicaux (Diem), à doter aux structures de santé un matériel médical de pointe, pour s’adapter aux nouvelles exigences médicales, mais également pour élargir l’accès aux soins. Cet élargissement de l’assiette médicale devrait permettre aux populations rurales d’éviter les longs déplacements vers les grandes capitales régionales.

Ce projet en cours devrait également contribuer à renouveler le plateau technique vétuste, qui continue de sérieusement plomber les politiques nationales de santé en cours. A preuve, la mortalité maternelle et infantile demeure une réalité : des statistiques antérieurement révélées par Le Quotidien font en effet état de 14 000 femmes et 36 000 enfants âgés de moins de 5 ans, qui meurent tous les ans dans ce pays. Des chiffres qui font froid dans le dos, mais qui illustrent le retard du Sénégal en matière de soins de santé de base.

Pour Abdourahmane Ndoye, la télémédecine peut combler ces gaps tout en se félicitant des nouveaux types d’écographie qui sont d’une technologie entièrement numérique et qui devront permettre de faire des examens gynécologiques et pédiatriques. Dotés d’un défibrillateur équipé de moniteur, ces appareils participeront sans doute à la croisade contre la mortalité maternelle et infantile et contre les maladies chroniques.

Lire l’article sur le site web lequotidien.sn

 

Source: SIDIIEF